Quatre impératifs absolus :  du matériel optimisé et fiable, de bonnes conditions météo,
un site de vol dégagé et enfin un respect des consignes de sécurité

Du matériel optimisé et fiable
- Des cerfs-volants adaptés au vol photographique (Rokkaku, Delta)
- Une bonne pratique des grands cerfs-volants et des connaissances en aérologie.
- Un optimisation de la prise de vue : appareils photo adaptés, un retour vidéo pour un cadrage précis, un système de suspension de la nacelle limitant les oscillations et les vibrations parasites, etc.

Une météorologie et une topographie du site favorables au vol
- Pas de vol si le vent est trop fort, trop turbulent ou si des thermiques risquent de perturber la stabilité du cerf-volant.
- Un espace dégagé au niveau des déplacements éventuels du cerf-volant
- Pas d'obstacles aériens (lignes téléphoniques, EDF etc.)

Dispositif photographique en place

En haut à droite le cerf-volant porteur, au centre, la nacelle photographique accrochée sur le fil de retenue.
En bas à gauche, la personne chargée du contrôle du cerf-volant surveille la stabilité du vol pendant que le photographe dirige les mouvements de la nacelle sous contrôle vidéo et déclenche la prise de vue au moment voulu. En raison des distances souvent importantes entre le photographe et la personne qui tient le cerf-volant, les communications sont réalisées à l'aide de petits talkie- walkie.
Un second moniteur vidéo permet à l'archéologue de suivre en temps réel la prise de vue. 

Une manip archéo sous cerf-volant (au Soudan) en 12 photos

Avec Rémy Boucharlat, suivi simultané de la prise de vue à l'aide des deux moniteurs dans les gorges du Tang-i Bulaghi (Iran)

Accueil   Généralités    Historique    Technique cerf-volant   Technique ballon captif   Technique multirotors   Manip en cerf-volant
Manip en ballon captif    Multirotors, ballon ou cerf-volant ?    Matériel utilisé    Sécurité    S.I.G. 
Biblio/films & Index    Publications des photos    Liens    News       Réalisations